lundi 1 septembre 2008

Kafka sur le rivage, Haruki Murakami


Ayant déjà lu Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, j'ai décidé de m'attaquer à Kafka sur le rivage présent sur ma PAL depuis bien longtemps...
Prendre un livre d’Haruki Murakami entre ses mains suppose la connaissance de certaines consignes de sécurité :
Dès la première ligne et le premier chapitre vous entrez dans un univers onirique, phantasmé et pourtant solidement ancré dans une certaine réalité
Vous ne pourrez échapper à un syndrome bien connu, celui des LCA (Lecteurs compulsifs anonymes)
Vous aurez les tripes nouées, les ongles rongés et quelques fois les larmes aux yeux jusqu’au dernier mot.

Une fois que ceci est clair, laissez-moi vous contez cela : quelle est le point commun entre un garçon de 15 ans, un vieillard pas très intelligent, une bibliothécaire de 50 ans et un bourreau de chats ?
Chacun est une pièce de puzzle, un fil enchevêtré dans le déroulement de l’action.

Kafka sur le rivage représente une quête symbolique autour de thèmes universels comme la filiation, le destin, l’amour, la mort… Quand la prophétie familiale est trop lourde à porter, il reste la quête de Soi. Tout le monde est à la recherche de sa moitié perdu paraît-il. Avant de la trouver, il faut avant tout se trouver. Cependant, le romancier ne cherche en aucun cas à défendre des idées spirituelles quelconques. Le lecteur bascule avec les personnages dans un univers qui les dépasse, tout doucement, sans même s’en rendre compte, comme une croisière tranquille sur des eaux brumeuses.

Ce livre ne se résume pas, il se vit. Comment expliquer ce sentiment étrange et pénétrant de tristesse, de spleen quand on referme l’ouvrage pour la dernière fois ? Pour terminer, j’emprunte les mots de Zaph qui expriment également mon ressenti :

« Pour paraphraser l’aphorisme qui dit que le silence après Mozart est encore du Mozart, longtemps après avoir refermé un livre de Murakami, cette ambiance étrange et nostalgique si particulière continue à me bercer. Et ces personnages si attachants à m’accompagner comme des ombres. »


9 commentaires:

Karine a dit…

Ce livre avait aussi été un gros coup de coeur pour moi. Tout à fait d'accord, il ne se résume pas, il se vit!

sylire a dit…

Comme Karine, gros coup de coeur pour moi aussi ! Je n'ai pas retrouvé la même magie dans "Au sud de la frontière..." même si j'ai aimé.

sandrounette a dit…

Tout à fait d'accord avec vous deux!!
@ Sylire : effectivement, il n'y a pas la même magie dans "au sud de la frontière" mais ça fait aussi partie du personnage Murakami de nous faire des romans si différents.

Anonyme a dit…

J'ai beaucoup aimé ce livre, sa poésie et cet univers fantasque pourtant si près du nôtre

SBM a dit…

J'ai beaucoup aimé ce livre, sa poésie et cet univers fantasque pourtant si près du nôtre
(désolée, le message précédent est parti avant que je m'identifie...)

Fanyoun a dit…

Je n'ai pas connu un grand enthousiasme à la lecture de "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil" mais "Kafka..." est d'ores et déjà sur ma PAL. Je suis têtue et ne veut pas rester sur une impression un peu décevante.

sandrounette a dit…

Tu as bien raison de persévérer Fanyoun!J'espère que tu ne seras pas déçue par celui-là...
Pas de pb Sbm, le nombre de fois où ça m'est arrivée ;)

Joelle a dit…

Moi aussi, j'ai lu ce titre dans le cadre du blogoclub et si je n'ai pas détesté, je n'ai pas été très emballée non plus. En fait, maintenant que j'y pense, je m'aperçois qu'il ne m'en reste presque aucun souvenir !

Nicolas a dit…

J'ai beaucoup aimé ce roman riche et unique. A ne pas manquer!