dimanche 2 mars 2008

Je, François Villon, Jean Teulé

Résumé : Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a appris le grec et le latin à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les étudiants, les curés, les prostituées, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d'Orléans. Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté. Après Rimbaud et Verlaine, Jean Teulé ne pouvait mieux clore son voyage en Poésie qu'en endossant avec orgueil et humilité les haillons magnifiques de François Villon.

Mon avis : +++

Jean Teulé a encore frappé! Ceci est mon quatrième Jean Teulé après Les lois de la gravité, Ô Verlaine et le magasin des suicides. Je découvre vraiment 4 facettes de l'auteur. Ce roman-là est différent du Magasin des suicides par le contenu mais pas par le style, toujours aussi percutant. J'avais une image du livre avant même de le commencer, des représentations (comme le dit le jargon pédagogique). Je me voyais déjà plongée dans l'univers du poète comme je l'avais été dans Ô Verlaine. Quelle ne fut ma surprise en avançant dans le roman! Les scènes sont horriblement crues (de celle de la pendaison jusqu'à celle du viol en passant par les pâtés de chair humaine qui ne sont pas sans rappeler Tim Burton et Sweeney Todd au passage). Et pourtant, on est aspiré par l'univers moyen-âgeux de François Villon, on respire le vice avec lui, on transpire la cruauté des Ecorchés, on en vient à souhaiter que le poète se meure pour que son âme se repose.

Jean Teulé réussit le tour de force de relater un propos assez sordide avec une fluidité incroyable qui plonge réellement le lecteur aux côtés de François Villon. Un excellent moment de lecture que je recommande cependant aux personnes ayant le coeur bien accroché!

5 commentaires:

Nina a dit…

Je vois que tu aimes beaucoup cet auteur, moi c'est mon premier livre de Jean Teulé, j'ai trouvé ce livre un peu excessif mais comme on ne connait pas vraiment la vie de François Villon on peut tout imaginer, l'époque était tellement cruelle.

sandrounette a dit…

Tu as raison, c'est exactement ça! On s'imagine une vie pleine de poésie et de ménestrel pour François Villon, ce qui n'est pas le cas!Mais ça m'a également donné envie de me replonger dans l'histoire littéraire moyen-âgeuse!

Praline a dit…

Moi j'ai adoré !

cecile a dit…

depuis quelques jours, je suis fascinée par les critiques de ce livre qui me faisait hésiter... j'ai maintenant hâte de me plonger à mon tour dans cet univers !:)
Lou de My Lou Book

Joelle a dit…

J'ai eu du mal à penser que c'était le même auteur que "Le magasin des suicides" que j'ai trouvé plutôt gentillet ! Par contre, celui-là m'a énormément plu :)